Revue de presse

SUDOUEST" Fils de boucher, Hervé Mie a eu la riche idée de nommer le restaurant (1) qu'il gère - en compagnie de Bruno Molinas - de façon éponyme au 34 rue Pont de la Mousque, dans le quartier du Grand Théâtre. Ouvert depuis mai dernier, en lieu et place du Coco Brazil, le lieu offre 180 couverts répartis sur cinq cent mètres carrés de surface et deux niveaux. Comme son nom l'indique, l'établissement a fait de la viande de race de sélection française cuite à la plancha devant la clientèle sa spécialité. La restauration du lieu a mis en valeur les caves typiques du vieux Bordeaux. Accueil de la clientèle, offre personnalisée et éclairage tamisés confèrent au lieu un caractère convivial qui le dispute au plaisir gustatif de l'assiette toujours travaillée. Après des débuts timide, il semblerait que le bouche-à-oreille fasse désormais de cette nouvelle adresse un lieu incontournable. "

Eric Latouche

petit fute" Autant le dire de suite, ce restaurant est excellent. A vrai dire, tout est au diapason. Commençons par la décoration pleine d’humour et de fraîcheur. Les tons de blanc contrastent avec les chaises tachetées blanches et noires façon peau de vache. Vous voulez aller aux toilettes ? Ici point de petit panneau mais des peintures extrêmement originales. Sur la porte réservée à ces dames, une vache, sur celles réservées à ces messieurs, un taureau. Cette décoration franchement frappante ainsi que la clarté du lieu donnent envie de se mettre à table. Spécialisé dans la viande de races (limousine, charolaise...), le Fils du Boucher saura vous régaler de ses pièces de boeuf, bavettes ou entrecôtes cuisinées presque devant vous avec le chef préparant le repas derrière une vitre. Pour ceux qui ne seraient pas carnivores, il y a aussi du poisson, ne vous inquiétez pas ! Ici tout est fait dans la juste mesure avec des plats présentés au cordeau et des quantités largement suffisantes pour se nourrir avec plaisir. Si vous avez fini vos frites et attendez que votre interlocuteur finisse son steak haché de canard, on pourra même vous proposer de vous resservir une fournée, un petit geste qui en dit long sur l’esprit de ce lieu. Le petit plus qui fait mouche ? Une équipe chaleureuse et dynamique totalement en adéquation avec l’esprit du repas. Bref allez-y si vous souhaitez profiter de l’alliance unique d’une bonne tablée et d’une belle présentation de repas. "

elle" Il vient d’ouvrir, mais on connaît la solide réputation de ses « frères aînés », à Mérignac ! C’est le troisième restaurant de ce fils et petit fils de bouchers. D’où son nom. Et cette fois-ci, c’est au cœur de Bordeaux que cela se passe. Dans l’ancien Coco Brazil, refait à neuf et doté d’une cave de 3,50 m de hauteur entièrement ravalée. On y mange : une entrecôte ou un pavé, de la Blonde d’Aquitaine ou de la Charolaise… et c’est très copieux. "